Connaissez-vous les dangers de manger du thon cru ?

Kasamaki vous recommande

  • Couteau Japonais Yanagiba 30 cm Couteau Japonais Yanagiba 30 cm Meilleur prix trouvé sur amazon.fr 79.90 € au lieu de 94.90 € Plus d'infos
  • Pierre à Aiguiser 1000/6000 Pierre à Aiguiser 1000/6000 Meilleur prix trouvé sur amazon.fr 26.90 € au lieu de 39.99 € Plus d'infos

Manger du thon cru, voilà un sujet qui apparaît régulièrement dans les médias. Cependant, la raison pour laquelle il revient souvent est que les suppositions entre le rédacteur et le lecteur ne correspondent pas…

Ne nous y trompons pas, le rédacteur fait du sensationnalisme et a tendance à exagérer un peu pour inciter les gens à lire l’article. Les lecteurs, en revanche, sont largement mal informés et sont amenés à se sentir mal à l’aise face à ce qu’ils entendent.

Donc, afin d’expliquer correctement cette question, éliminons toute ambiguïté et et faisons la lumière sur les faits.

Manger du thon cru : les 3 risques majeurs

Le sujet de la consommation de thon cru soulève effectivement des préoccupations et des malentendus fréquents. Pour clarifier ce point, il est important de comprendre les risques et les bénéfices associés à sa consommation.

  1. Le premier risque lié à la consommation de thon cru est l’intoxication alimentaire due à la croissance bactérienne.
  2. Le deuxième est l’intoxication alimentaire par des parasites.
  3. Le troisième est l’effet à moyen et long terme sur le corps humain du mercure, de la dioxine, des microplastiques et autres substances qui s’accumulent dans les thons.

1. L’intoxication alimentaire par les bactéries

Tout d’abord, la meilleure façon de prévenir l’intoxication alimentaire est de se laver les mains régulièrement.

Nous pouvons dire que l’intoxication alimentaire causée par la croissance bactérienne est un risque qui peut, non seulement avoir de graves effets sur la santé (diarrhée, vomissements…), mais aussi affecter la survie d’une entreprise, ne serait-ce que dans les restaurants de sushi.

Voici quelques données pour soutenir cela : Selon les données du gouvernement métropolitain de Tokyo, le pourcentage de cas d’intoxication alimentaire survenant dans les restaurants japonais est inférieur à 0,8% du nombre total de cas d’intoxication alimentaire. Les données montrent que l’intoxication alimentaire survient rarement dans les restaurants de sushi.

Une intoxication largement limitée par la sauce soja, le sel et le vinaigre

Premièrement, la sauce soja a des propriétés bactériostatiques et en marinant, les thons et autres poissons crus dans la sauce soja, la croissance des bactéries est inhibée.

Deuxièmement, le sel a un effet bactéricide, tuant les bactéries à la surface du poisson. De plus, il utilise l’osmose pour expulser les composants de pourriture de la chair du poisson.

Le vinaigre est connu pour avoir un effet stérilisant. Étant donné que le pH est de 2 à 4, les bactéries sont presque tuées lorsqu’elles entrent en contact avec le vinaigre. Les chefs de sushi se mettent du vinaigre sur les mains ou essuient leurs couteaux avec un chiffon trempé dans du vinaigre pour les stériliser. Le shari est fait avec du vinaigre et du sel, il est donc également stérilisé.

En d’autres termes, dans la confection des sushis, plus de mesures sont prises pour prévenir la croissance des bactéries que dans n’importe quel autre plat.

2. L’intoxication alimentaire par les parasites

Le parasite Anisakis représente 50% de tous les cas d’intoxication alimentaire. On peut dire que les fruits de mer crus contiennent toujours des parasites. Les éliminer est la base d’un restaurant de sushi. Anisakis, qui peut être identifié visuellement, ne doit pas être négligé.

Le risque d’intoxication alimentaire par des parasites dépend totalement de l’endroit où vous mangez. Achetez-vous votre poisson au supermarché ou chez le poissonnier ? Le mangez-vous chez vous ou dans un restaurant de sushi ? Même dans le même restaurant de sushi, il y a une différence. Est-ce un restaurant de sushi à tapis roulant appartenant à une chaîne ou un restaurant individuel géré par un maître et son apprenti ? L’intoxication alimentaire causée par l’Anisakis est extrêmement rare dans des restaurants privés.

3. Les effets à moyen et long terme des substances présentes dans le thon cru

Le mercure

Tout d’abord, examinons les effets du mercure. Par exemple, le niveau d’effet est naturellement différent pour ceux qui consomment du thon tous les jours et ceux qui en mangent une fois par semaine. Bien que les Japonais mangent beaucoup plus de thon que les autres pays, les effets du mercure accumulé dans le thon n’ont pas encore été largement discutés.

Au Japon, si vous mangez plus de 160 grammes de thon par semaine, vous devez faire attention. Les femmes enceintes ne se soucient pas de manger 160 grammes de thon en premier lieu. De plus, bien que le kuromaguro (thon rouge), le mebachi (thon obèse) et le minamimaguro (thon rouge australien) contiennent des quantités sûres, le kihada (thon jaune), le binnaga (thon blanc) et le mejimaguro (jeune thon rouge) ne nécessitent aucune restriction quant à la quantité consommée. De plus, il n’y a pas lieu de s’inquiéter du thon en conserve. C’est aussi une histoire bien connue.

La dioxine

Cela peut choquer les amateurs de thon, mais c’est la partie toro du ventre qui a tendance à accumuler le plus de dioxine, considérée comme la meilleure partie du poisson. Le toro est principalement composé de graisse, et la dioxine provenant de l’alimentation et de l’eau de mer s’y accumule.

Dans la nature, la partie toro du thon représente normalement environ 20% de la viande de thon. Cependant, chez les thons engraissés, 70 à 80% du corps est du toro. La chair du thon engraissé est un habitat pour la dioxine.

Selon certaines données de recherche, la quantité de dioxine accumulée chez le kuromaguro engraissé était environ 2 à 3 fois plus élevée que chez le thon sauvage, et chez le minamimaguro engraissé, elle était environ 2 à 10 fois plus élevée.

Les microplastiques

Dans le gyre de l’océan Pacifique Nord, célèbre pour sa triste ceinture de déchets, des fragments de plastique ont été trouvés dans le tube digestif de 10 à 35% des poissons examinés. De nombreux chercheurs ont souligné que les microplastiques sont des vecteurs qui relient les polluants nocifs aux poissons et à la vie marine. Les responsables de la santé américains estiment que moins de 0,3% des microplastiques pris dans le corps humain atteignent les systèmes lymphatique et circulatoire du corps à partir de l’estomac. Et seule une très petite fraction de ces microplastiques affecte les organes du corps. Pourtant, les effets des microplastiques sur la santé humaine ne sont pas encore entièrement compris.

En 2014, l’enquête du ministère de l’Environnement sur l’état réel des débris marins a révélé que la quantité de microplastiques dans les eaux entourant le Japon était 16 fois plus élevée que dans l’océan Pacifique Nord et 27 fois plus élevée que dans les océans du monde. Et pourtant, vers 2020, les grands médias ne commencent qu’à présent à en parler.

Malheureusement, c’est l’un des problèmes d’actualité auxquels le Japon ferme encore les yeux. En fait, ceci est un problème plus grave dans le monde, et nous imaginons qu’il sera bientôt médiatisé. Nous devons imposer des restrictions aux pays et aux entreprises qui déversent des plastiques dans les océans. Le Japon doit être proactif à cet égard afin d’atteindre les objectifs de développement durable.

Dangers de la consommation de thon cru : une exagération médiatique ?

Nous ne sommes pas des chercheurs et ne pouvons pas dire que c’est absolument sûr. Toutefois, il s’agit là d’une question qui ne doit pas être négligée et qui doit faire l’objet d’une surveillance attentive. Le thon est un aliment cher, il devrait donc être économiquement difficile d’en consommer en grande quantité. À la place, les médias devraient se concentrer sur le riz, le blé, le maïs et d’autres aliments consommés quotidiennement.

Kasamaki vous recommande

  • Ensemble de 14 couteaux professionnels Ensemble de 14 couteaux professionnels Meilleur prix trouvé sur amazon.fr 159.99 € au lieu de 179.99 € Plus d'infos
  • Yum Asia Bamboo Rice Cooker Yum Asia Bamboo Rice Cooker Meilleur prix trouvé sur amazon.fr 249.90 € au lieu de 299.90 € Plus d'infos

Vos avis et commentaires

Aucun commentaire pour le moment…

Laisser un commentaire

Continuez votre lecture en découvrant d'autres articles